adsense

jeudi 30 octobre 2014

Le labyrinthe - [La critique hebdomadaire]

Aujourd’hui, je vous présente « Le labyrinthe », un film américain réalisé par Wes Ball et interprété par Dylan O’Brien, Aml Ameen et Will Poulter. Il s’agit d’une adaptation de la célèbre trilogie de science fiction « L’épreuve », écrite par James Dashner.

Des jeunes garçons sans aucun souvenir de leur passé sont pris au piège au centre d’un immense labyrinthe. Ils ignorent les raisons de leur présence dans ce lieu mystérieux peuplé de créatures hostiles. Thomas (Dylan O’Brien), va tenter avec d’autres de s’évader du « bloc ».

Mes impressions sont mitigées après avoir vu ce film destiné avant tout à un public jeune. J’ai apprécié l’originalité du scénario. Pourquoi sont-ils dans ce labyrinthe ? Existe-t-il une issue ? Que vont-ils trouver en dehors ? Telles sont les questions que l’on se pose tout au long du film. Le problème est que la fin n’apporte pas selon moi les réponses tant attendues. Certes, le film promet une suite, adaptée du second tome de la trilogie (« la terre brûlée »), mais je me suis senti relativement frustré devant cette énigme non résolue. Les effets spéciaux sont réussis et la bande sonore accompagne naturellement des séquences d’action chargées de suspense. 

Thomas est curieux et courageux. Il refuse de rester enfermé dans « le bloc » et préfère tenter de s’évader au péril de sa vie. Certains garçons semblent résignés à vivre dans cette communauté. Dans le groupe, s’est installée une hiérarchie dictée par l’ancienneté. Ainsi, Albi, premier arrivé au « bloc » il y a plusieurs années, est respecté de tous. Pour survivre, les jeunes ont instauré un règlement qu’ils suivent rigoureusement sous peine de sanctions. Le groupe est divisé en plusieurs sous groupes : « les coureurs », « les bâtisseurs », « les trancheurs », etc.. Les coureurs explorent le labyrinthe afin d’en reconstituer les moindre recoins.

Ce film n’était pas mon premier choix, ni même mon second. Pourtant, je suis resté volontiers dans « le labyrinthe » pendant deux heures, intrigué par ce mystère très original présent dès la première minute. Certains aspects du film m’on paru quelque peu enfantins, mais cette histoire s’adresse avant tout à un public jeune (aurais-je vieilli ?). Malheureusement, la fin s’est avérée largement en deçà de mes attentes. La salle du multiplex pleine à craquer et les applaudissements au générique de fin laisse entrevoir un succès à la hauteur de celui de l’œuvre de James Dashner.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire