adsense

mardi 16 septembre 2014

Nos étoiles contraires - [La critique hebdomadaire]

Après ma première critique la semaine dernière, je vous propose donc mon avis sur « Nos étoiles contraires ». Ce film est un drame / romance américain réalisé par Josh Boone et interprété par Shailene Woodley et Ansel Elgort.

Hazel Grace (Shailene Woodley) et Gus (Ansel Elgort) sont deux adolescents qui se rencontrent dans un groupe de parole pour malades du cancer. Hazel est une jeune femme atteinte d’un cancer thyroïdien ayant atteint les poumons. Elle doit se déplacer en permanence avec une bouteille d’oxygène. Gus est quant à lui un jeune homme en rémission d’un cancer des os. Il porte une prothèse de la jambe. Les deux adolescents se plaisent et se rapprochent de plus en plus, tandis que la maladie progresse.

Je n'étais pas certain d'avoir envie de voir ce film, par crainte de ne pas supporter la gravité du sujet, même si d’ordinaire je suis plutôt sensible aux histoires dramatiques. Je me suis contenté du synopsis et à la lecture de celui-ci, je m’attendais à plus de profondeur. Peut être aurais-je du visionner la bande annonce avant d'acheter mon ticket. En fait, il ne s’agit pas d’un drame, mais d’une histoire d’amour dramatique. Certes, l’un des thèmes centraux du film est la maladie, un sujet nécessairement plus profond que bien d'autres, mais je trouve le traitement un peu léger voire enfantin. Les deux personnages principaux sont des adolescents et j’ai eu parfois l’impression d’assister à une bluette pour ado avec la maladie en arrière plan. Les musiques choisies devraient d'ailleurs plaire aux ados. Cela reste un film bien réalisé avec une très bonne interprétation (Shailene Woodley).

Dans ce film, on parle d'amour et de courage. Hazel a été diagnostiqué à treize ans d’un cancer et voilà plusieurs années qu’elle se bat contre la maladie. Gus, quant à lui, a été amputé d’une jambe à cause d’un cancer des os et porte une prothèse. Les deux adolescents s'aiment mais la jeune femme hésite à se donner à Gus de peur de le faire souffrir. « Je suis une grenade » dit elle. Pour lui, la vie mérite d'être vécu. La visite de la maison d’Anne Frank montre la détermination d’Hazel qui malgré ses difficultés à gravir les nombreux escaliers, repousse ses limites.

La rencontre avec l'auteur du roman qu'Hazel affectionne tant aurait mérité un dénouement plus enrichissant. Quelle déception pour les deux héros. Mais aussi quelle déception pour moi même et peut être pour beaucoup d'autres spectateurs.

J’ai été un peu déçu par ce film car je m’attendais à tout autre chose à la lecture du synopsis. Cependant, je ne me suis pas ennuyé, la réalisation est bonne et l'interprétation aussi. Je conseille ce film avant tout à un public jeune.

2 commentaires:

  1. J'ai lu le livre dont le film a été tiré (film qui a eu un énorme succès sur la blogo). Je ne suis pas encore allé voir le film, mais j'avais pourtant bien aimé le livre. Bon, c'était pas non plus LE livre, mais disons que c'était pas mal. A voir, si j'ai l'occasion avant qu'il ne passe plus dans les ciné, sinon j'achèterai peut être le DVD.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci adé pour ton commentaire. Je me rends compte qu'il m'est plus difficile d'écrire la critique d'un film qui ne me plait que moyennement. Si tu le vois, tu me diras si le film est fidèle au roman dont il est issu. A bientôt.

      Supprimer